Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28 / 40 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28 / 40 Next Page
Page Background

28

IBL NEWS DEC 2016

Taleb range sa mobylette

A

près 37 ans au service du Groupe, Sylvette Godère,

General Manager - Human Resources

, a décidé de

partir en pré-retraite pour entamer une autre phase

professionnelle et personnelle de sa vie.

SylvetteestunedesraresfemmeschezIBLàoccuperunpostede

General Manager

. Si sa connaissance des ressources humaines

est reconnue en interne, elle s’est aussi fait un nom au niveau

national, son avis étant régulièrement sollicité par les directeurs

RH des plus importantes sociétés et des autorités publiques.

Energique et animée d’un esprit d’équipe indéfectible,

Sylvette a su, au fil des années, fédérer et pacifier les uns et

les autres dans bon nombre de situations, tout en gardant

son indépendance d’esprit et un professionnalisme hors pair.

Elle a aidé à transformer la fonction RH en la faisant évoluer

du modèle

Personnel Manager

d’il y a 20 ans à celui de

HR

Manager

, partenaire stratégique pour l’entreprise.

La parité n'est pas pour demain

Nous devons à Sylvette : le travail colossal abattu lorsque

l’ancien bâtiment d’IBL a pris feu en 1988 ; l’établissement de

toute la structure RH ; une grande contribution au

Provident

Fund

et à la

Credit Union

; à la création du centre de formation

et de développement et de l’Ibéloise ; le

Scholarship Scheme

;

le Cercle des Seniors et, plus récemment, la conceptualisation

du

Human Capital Information System

(HCIS), projet en voie

de déploiement dans le Groupe. Elle s’est évertuée à construire

et à maintenir des relations cordiales tant au niveau syndical,

qu’auprès des entreprises locales et des institutions officielles.

Nous devons aussi à Sylvette, responsable des recrutements,

les managers de qualité en fonction chez IBL.

Un manager, pour elle, doit être un leader qui sache inspirer

son équipe et fixer des objectifs réalistes pour chaque membre

tout en l’accompagnant dans chacune des étapes. « Je ne

crois pas au principe du bâton. Un leader doit savoir gérer les

conflits, assumer ses responsabilités et prendre des décisions

réfléchies mais rapides sans se cacher derrière les autres. »

Si elle regrette qu’il n’y ait pas plus de femmes dans le

management, elle apprécie néanmoins les petits pas de

progrès.

« Le plafond de verre est très présent. La femme est

jugée beaucoup plus sévèrement. La parité n’est pas pour

demain mais après-demain je l'espère ! »

Un manager a aussi, dit-elle, la responsabilité de faciliter

l’engagement des employés. « On ne peut forcer l’adhésion

d’un employé aux valeurs d’une entreprise. Cela doit venir

naturellement. C’est la responsabilité du manager de créer un

environnement agréable pour que les employés soient à l’aise,

bien dans leur peau et travaillent en équipe. L’esprit d’entraide

est essentiel pour qu’une équipe puisse fonctionner au mieux

de ses capacités. Je pense avoir créé cela dans mon équipe. »

Sylvette a déjà planifié sa « retraite » : travailler à mi-temps

dans son domaine d’expertise tout en prenant du temps pour

voyager, rendre visite à ses deux enfants et s’adonner à la

décoration d’intérieur. Nous lui souhaitons tout le bonheur

qu’elle mérite dans ce nouveau chapitre de sa vie.

People

SYLVETTE

Une main de fer

dans un gant de velours

IBL ne serait pas ce qu’il est sans eux. C’est avec beaucoup d’émotion que nous saluons le départ en

retraite de nos collègues et leur contribution, chacun à leur façon, à la construction de notre Groupe.

Linda Tack Shin

C’est toujours avec le sourire que Taleb

accepte les missions que tout un chacun

lui confie et qu’il s’en va sillonner les

routes de Port-Louis à mobylette.

Après 33 ans au service de

Froid des

Mascareignes,

il a souhaité cette année

déposer son casque et prendre un bon

repos.

Taleb, c’est un peu la mémoire vivante

de Froid des Mascareignes. « Je

me souviens des premiers jours de

l’entreprise, avec le Capitaine Bétuel …

La construction des quais et des

bâtiments, les premiers bateaux à

débarquer, l’entrée en opération des

premières chambres froides. Nous

n’étions que cinq au début, dont mon

collègue Barry, qui est toujours à FDM

d’ailleurs ». Taleb a vu le développement

de la compagnie et l’accroissement

graduel des effectifs.

Taleb a 60 ans et aurait pu travailler

encore un peu, mais il préfère s’arrêter

pour profiter de la retraite pendant qu’il

est en bonne santé. « J’ai passé un bon

moment à travailler et j’ai été heureux

dans mon travail. Mais je préfère prendre

ma retraite. Mes enfants sont grands et

je les ai aidés à prendre un bon départ

dans la vie… Je pense que maintenant je

peux me reposer. »

Malgré la tristesse de le voir partir, toute

l’équipe du Seafood souhaite à Taleb de

garder toujours son radieux sourire.